Projet de recherche

Les réactions aux renonciations à la succession des princes et des princesses entre 1660 et 1713

Stephanie Bode

Boursière master (1/4–30/6/2016) dans le cadre du groupe de recherche
»Stratégies de pouvoir et relations interpersonnelles des ›centres dynastiques‹«

stephie.bode@icloud.com


Le mémoire de master de Stephanie Bode s’inscrit particulièrement bien dans le travail mené par le groupe de recherche »Stratégies de pouvoir et relations interpersonnelles des ›centres dynastiques‹ (1500–1800)«. En effet, la boursière de l’IHA, s’attache à étudier les renonciations successorales dans le contexte des négociations de paix entre la France et l’Espagne. Celles-ci concernaient en premier lieu Marie Thérèse d’Espagne en 1660, Philippe V d’Espagne en 1713, ainsi que les princes du sang. Stephanie Bode analyse les réactions aux renonciations successorales dans le cadre des relations curiales. Imbriquées dans les relations complexes entre roi, diplomatie, cour et parlement, les renonciations permettent d’entrevoir des phénomènes divers. Parmi ces-derniers figurent les stratégies de pouvoir ainsi que les schémas comportementaux d’action et d’argumentation des acteurs directs ou indirects de la cour.