Veranstaltungen

Dialog und Austausch
10.12.2019

Demokratie wagen!

La première république allemande: opportunités et échecs de la Constitution de Weimar

  • 20. und 21. Jahrhundert Podiumsdiskussion
  • 18:30 Uhr (10.12.) - 20:30 Uhr (10.12.)
  • DHIP

La première république allemande: opportunités et échecs de la Constitution de Weimar

Podiumsdiskussion im Rahmen der Reihe »Oser la démocratie! Participation politique en Allemagne au XXe siècle«

Mit Agathe Bernier-Monod (Universität Le Havre), Birte Förster (Humboldt-Universität zu Berlin), Christoph Gusy (Universität Bielefeld) und Axel Dröber (DHIP, Moderation), organisiert in Kooperation mit der Maison Heinrich Heine

Informationen und Anmeldung: event@dhi-paris.fr

Beschreibung der Veranstaltung auf Französisch:

La Constitution de Weimar de 1919 institue une démocratie parlementaire avec un président élu au suffrage universel direct, octroie le droit de vote aux Allemandes et prévoit la possibilité d’initiatives populaires. Quelles opportunités cette Constitution ouvre-t-elle pour la république, quels usages les Allemands font-ils de cette Constitution. Porte-t-elle déjà les germes de son échec futur?

Le cycle de tables rondes »Oser la démocratie« analysera l’évolution des formes de participation démocratique pendant le XXe siècle ainsi que les pratiques politiques, les attentes et les déceptions du »Volk« et de la »Bevölkerung« allemands.

Depuis l’an 2000, les visiteurs du Reichstag à Berlin peuvent voir dans l’une des cours intérieures une œuvre de l’artiste Hans Haacke dédiée à la population de l’Allemagne: »Der Bevölkerung«. La formule répond à la dédicace au peuple allemand, DEM DEUTSCHEN VOLKE, figurant sur le fronton du Reichstag. Symbolisant la souveraineté du peuple, cette inscription fut initialement rejetée par Guillaume II et ne fut installée qu’en 1916.
L’œuvre de Haacke a suscité un débat houleux dans l’opinion publique allemande: qu’est-ce que la nation allemande? À qui s’adressent les décisions politiques prises au Reichstag?
La relation entre dirigeants et gouvernés a profondément changé au cours du XXe siècle, tout comme la conception de la démocratie et l’idée même du politique. La pratique démocratique, d’ailleurs, ne s’est jamais contentée des moyens politiques prévus par les autorités et les Constitutions. La participation se fait aussi à travers les mouvements sociaux, la société civile, ou la critique du système parlementaire.