Manifestations scientifiques

Dialogue et échanges
03.12.2020

En ligne: Les jeudis de l’Institut historique allemand

Dan Hicks, Nécrographie: Dépasser les récits individuels. Collections muséales et violences coloniales

  • Conférence XXᵉ et XXIᵉ siècle
  • 18h00 (03.12.) - 20h00 (03.12.)
  • IHA

Conférence dans le cadre du cycle »Les jeudis de l’Institut historique allemand«

Dan Hicks (Université Oxford) palera dans Nécrographie: Dépasser les récits individuels. Collections muséales et violences coloniales de l'exemple des Bronzes du Bénin.

Commentaire: Lotte Andt (INHA) 

Pour participer à la conférence, veuillez vous inscrire ici en cliquant sur le lien zoom.

Sur la nécrographie
Il n’y a peut-être pas d’expression plus familière dans les domaines de l’histoire de l’art, de l’archéologie, de l’anthropologie et des études muséales et patrimoniales que celle de »l’histoire de la vie« de l’objet. Au centre du »cultural turn« des années 1980 se trouvaient les idées jumelles, parentes, du contexte et de la réception. Que ce soit dans la formulation d’Arjun Appadurai de »la vie sociale des choses«, publiée il y a 34 ans en 1986, ou dans la »biographie culturelle des objets«, à caractère plus ethnographique, des années 90, l’analogie des histoires artefactuelles avec les vies humaines s’est profondément ancrée dans les études interdisciplinaires de la culture matérielle, à tel point que certaines théories de »l’agence matérielle« et des »acteurs-réseaux« ont brouillé les lignes conceptuelles entre les personnes et les choses.

Cette conférence remet en question les limites et l’utilité de l’idée des biographies d’objets en examinant comment elles ont fait taire les histoires de dépossession, de perte, de mort – dans le contexte de la ponction de l’art et du patrimoine africain sous le colonialisme, ainsi que de sa possession et de son exposition continues dans les musées européens. Ces expositions donnent-elles à ces objets un nouveau contexte, une nouvelle strate dans leur histoire de vie, d’autres couches de significations? Ou, dans les cas où la restitution des objets est exigée mais demeure, s’agit-il de technologies muséales par lesquelles le sens, la valeur et la vie sont réduits, aussi longtemps qu’ils restent en Europe?

Cet »euro-pessimisme« exige de nous un nouveau cadre conceptuel, offert ici, par une extension de l’inversion de la biopolitique foucaldienne d’Achille Mbembe – la »nécropolitique« – à la question de la biographie des objets et son envers – les travaux curatoriaux de la nécrographie et la connaissance qui en découle – la nécrologie. À travers l’exemple des Bronzes du Bénin et des Brutish Museums comme exercice de nécrologie, la conférence reconsidérera la place de la nécrographie dans l’avenir des études sur la culture matérielle et la prise en compte urgente du passé colonial de l’Europe.

Dan Hicks FSA est professeur d’archéologie contemporaine à l’université d’Oxford, conservateur d’archéologie mondiale au Pitt Rivers Museum et fellow du St Cross College, Oxford. Il a été professeur invité au musée du quai Branly en 2017–18, et a reçu la Rivers Medal de la Royal Anthropological Society en 2017. Son nouveau livre, The Brutish Museums: the Benin Bronzes, Colonial Violence and Cultural Restitution, a été publié par Pluto Press le 5 novembre 2020, et est décrit par Ben Okri OBE comme »un acte de conscience frappant«, par The Economist comme »un véritable changement de jeu«, par le Guardian comme »magnifiquement écrit et soigneusement argumenté«, et par le Sunday Times comme »destiné à devenir un texte essentiel«. Twitter: @ProfDanHicks


Avec son cycle de conférences »Les jeudis de l’Institut historique allemand«, l’IHA propose des sujets de l’actualité internationale en sciences humaines et sociales. Chaque conférence est suivie d’un commentaire et d’un débat afin de faire ressortir les spécificités théoriques et méthodologiques des différentes traditions historiographiques.