Afrique

Projet de recherche

Quand les technologies rentrent en politique: Expertise, savoirs et contestations autour des technologies électorales au Kenya (2017) et au Sénégal (2019)


Cecilia Passanti est doctorante à l’université Paris 5 et membre du programme de recherche »La bureaucratisation des sociétés africaines« à Dakar depuis octobre 2018.

Le projet de doctorat de Cecilia Passanti se consacre à l’étude des technologies numériques et biométrique utilisées dans le cadre des élections en Afrique. À partir de deux terrains de recherche – effectués au Kenya et au Sénégal – ses enquêtes portent sur le réseau d’experts et expertes ingénieurs qui développent ces technologies. Pour comprendre ce phénomène contemporain de large envergure, il s’agit d’analyser d’une part la relation entre les contestations électorales historiques et l’implémentation progressive de la technologie dans le processus électoral et, d’autre part, les relations de savoir entre les entreprises locales et étrangères ainsi que les effets de ces relations sur les contestations électorales.

Il s’agit d’analyser d’une part la relation entre les contestations électorales et l’implémentation progressive des technologies numériques dans les processus électoraux et, d’autre part, la répartition du travail entre entreprises locales et étrangères.

Image: Direction de l’automatisation des fichiers, ministère de l’Intérieur, Dakar, Sénégal, février 2019, photographie © Cecilia Passanti