Moyen Âge

Projet de recherche

Les réseaux épiscopaux dans la province ecclésiastique de Reims (1050–1150)


Les évêques occupent une place centrale dans l’histoire politique de l’Europe du haut Moyen Âge. Leur fonction réunissait différents aspects du pouvoir spirituel et temporel, qui impliquaient un vaste spectre de tâches. Cela allait de l’organisation du pouvoir dans son propre diocèse jusqu’aux services rendus aux rois et aux papes. Le projet de thèse de Sebastian Gensicke examine à l’exemple de la province ecclésiastique de Reims entre 1050 et 1150 dans quelle mesure les évêques fonctionnaient comme des détenteurs de pouvoir autonomes et comment ils géraient les exigences qui leur étaient imposées au niveau local, régional et suprarégional.

La période étudiée fut en outre marquée par les processus regroupés aujourd’hui sous le mot-clé de »réforme grégorienne«. Entre les différentes tentatives de réforme, chaque évêque adopte une position propre et pas toujours cohérente. Pour évaluer l’action politique des prélats, il faut donc tenir compte des contextes individuels: outre les relations conditionnées par la hiérarchie ecclésiastique et la structure du royaume français, les archevêques de Reims et leurs suffragants étaient avant tout intégrés dans des réseaux complexes et étendus en raison de leurs origines familiales, de leur formation et de leur carrière. Ces réseaux de relations seront exploités dans le cadre d’une analyse historique des réseaux.

Le projet de thèse examine à l’exemple de la province ecclésiastique de Reims entre 1050 et 1150 dans quelle mesure les évêques fonctionnaient comme des détenteurs de pouvoir autonomes et comment ils géraient les exigences qui leur étaient imposées au niveau local, régional et suprarégional.

Les actes épiscopaux, mais aussi royaux et pontificaux, sont des sources centrales pour examiner les contacts, les coopérations et les conflits dans lesquels les prélats ont été impliqués. Ils témoignent non seulement de droits juridiques et traduisent des conceptions du pouvoir, mais aussi des marges de manœuvre des coopérations épiscopales. Grâce à leurs éléments figurés et à leur contenu, ils permettent en outre de tirer des conclusions sur l’image de soi et les attentes des acteurs impliqués dans l’élaboration de l’acte. La perspective d’étude est élargie par des textes historiographiques qui complètent le corpus de sources et offrent d’autres aperçus des stratégies d’action des évêques et de leurs structures relationnelles.

À propos de l’illustration:
Réseau des archevêques (rouge foncé), des évêques (rouge), des abbés et abbesses (vert) de la province ecclésiastique de Reims entre 1096 et 1124.
Le graphe généré par Gephi repose sur les occurrences de personnes dans les chartes émises par les archevêques de Reims Manassès II et Raoul le Verd et dans celles émises par les évêques Robert d’Arras, Lambert d’Arras et Barthélémy de Laon.
Taille des nœuds: nombre d’arêtes connectées (Degree, Valeurs: 1–58)
Épaisseur des arêtes: nombre de chartes avec occurrences communes (Valeurs: 1–15)